Actualités

Retour aux actualités

03-10-2017 

Vasily Aleksanyan (1971-2011)

Nous commémorons la disparition de Vasily Aleksanyan (3 octobre 2011). La Russie a défié à maintes reprises la Cour Européenne des Droits de l’Homme en détenant M. Aleksanyan dans des conditions effroyables et en lui refusant des soins médicaux urgents.

http://gmllimited.com/content/page/a-violent-expropriation/picture/picture.jpeg

Peu de temps après son arrestation, le Vice-Président exécutif de Ioukos, Vasily Aleksanyan, découvre qu’il était atteint d’un lymphome et du Sida. Durant son incarcération, alors que sa santé se détériore, l’accès à des soins médicaux d’urgence lui est refusé à de nombreuses reprises. Aleksanyan refuse de faire un faux témoignage à l’encontre de Ioukos et de ses dirigeants.

Il reste en détention provisoire pendant près de trois ans dans des conditions décrites comme « monstrueuses » par le Conseil des droits de l’homme de Russie. En 2008, la Cour européenne des droits de l’homme ordonne à la Russie de le libérer. Il décède deux ans après sa remise en liberté.

Autres actualités

  • 14-11-2017 

    Dutch Interior Minister warns of Russian disinformation

    Kajsa Ollongren has warned the Dutch Parliament that Russian efforts to manipulate public opinion remain an urgent threat. This follows the news, revealed by Dutch newspaper NRC, that a prominent Member of Parliament, Pieter Omtzigt, helped a witness to provide false evidence about the shooting down of flight MH17.

  • 02-11-2017 

    Le plaidoyer d’Emmanuel Macron pour la Cour Européenne des Droits de l’Homme

    Le 31 octobre à Strasbourg, le Président français, Emmanuel Macron, a affirmé son attachement à la Convention Européenne des Droits de l’Homme ainsi qu’à la Cour qui assure son application.

  • 10-10-2017 

    Les anciens actionnaires de Ioukos concentrent leurs efforts sur la Haye

    Aujourd'hui, le 10 octobre, les anciens actionnaires majoritaires de la société Ioukos Oil Company ont décidé de se retirer des procédures d’exécution en France, où l’exécution des sentences arbitrales rendues en 2014 ne présente plus un intérêt économique.