Actualités

Retour aux actualités

03-10-2017 

Vasily Aleksanyan (1971-2011)

Nous commémorons la disparition de Vasily Aleksanyan (3 octobre 2011). La Russie a défié à maintes reprises la Cour Européenne des Droits de l’Homme en détenant M. Aleksanyan dans des conditions effroyables et en lui refusant des soins médicaux urgents.

http://gmllimited.com/content/page/a-violent-expropriation/picture/picture.jpeg

Peu de temps après son arrestation, le Vice-Président exécutif de Ioukos, Vasily Aleksanyan, découvre qu’il était atteint d’un lymphome et du Sida. Durant son incarcération, alors que sa santé se détériore, l’accès à des soins médicaux d’urgence lui est refusé à de nombreuses reprises. Aleksanyan refuse de faire un faux témoignage à l’encontre de Ioukos et de ses dirigeants.

Il reste en détention provisoire pendant près de trois ans dans des conditions décrites comme « monstrueuses » par le Conseil des droits de l’homme de Russie. En 2008, la Cour européenne des droits de l’homme ordonne à la Russie de le libérer. Il décède deux ans après sa remise en liberté.

Autres actualités

  • 25-09-2018 

    GML welcomes The Hague Appeal Court ruling

    On 25 September 2018, The Hague Court of Appeal clarified the scope of the ongoing Dutch set-aside proceedings where former Yukos majority shareholders (GML) aim to reinstate the Arbitral Awards of 2014, which awarded them more than $50 billion in compensation after Russia unlawfully expropriated their investment.

  • 19-06-2018 

    GML takes part in procedural hearing in The Hague

    On 19 June 2018, GML, the former Yukos majority shareholders, took part in a procedural hearing at The Hague Court of Appeal. This was part of the ongoing Dutch set-aside proceedings in which GML aims to reinstate the Arbitral Awards of 2014.

  • 04-04-2018 

    Dutch Parliament calls for European Magnitsky Act

    The Dutch Parliament has passed a resolution which calls on its government to push for a European Magnitsky Act. Inspired by the original US Magnitsky Act of 2012, the law would punish human-rights abusers by freezing their assets and denying them travel visas.